Les résistances à la médiation en entreprise

L’expérience d’Arima conseils en médiation lors de conflits interpersonnels ou inter-groupes nous a démontré que les résistances face au processus de médiation sont multiples et qu’elles proviennent de plusieurs sources. Peu importe le secteur,  le niveau d’activités ou de responsabilités, les perceptions face au processus de médiation génèrent des craintes importantes. On constate que lorsque l’approche de médiation et les objectifs poursuivis ne sont pas connus, les tensions existantes sont plus fortes. Dans le même ordre d’idées, l’absence de collaboration entre les parties patronale, syndicale et les ressources humaines, devient un catalyseur de résistances pour les personnes en conflits.

Le médiateur doit exercer une influence importante pour aider les parties à mieux comprendre les objectifs et la méthode utilisée en médiation.  La collaboration de tous les acteurs en milieu de travail constitue un levier essentiel pour assurer le succès de l’intervention. Le  médiateur se doit d’être à l’écoute des résistances du milieu et agir comme facilitateur dans la recherche de solutions. Il est possible ainsi de diminuer les résistances personnelles et organisationnelles pour augmenter la collaboration et la motivation de tous.

Voici les résultats d’un sondage sur les résistances à la médiation dans les milieux de travail réalisé par l’Institut de médiation et d’arbitrage du Québec lors du Colloque du 8 avril 2011. Bonne lecture ! 7720074

Ginette Soucy et Marie-Josée Drouin

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s